Les fakes influenceurs : mon avis mitigé

Le constat

Le budget du marketing inflenceurs atteindrait 1 milliard de dollars aux Etat-Unis… attendez un peu… UN MILLIARD DE DOLLARS ?! Et seulement aux Etats-Unis. Voilà le topo.

Notre monde évolue et les marchés avec. C’est inévitable, les réseaux sociaux font partie intégrante de notre environnement. De nombreuses marques ont bien compris que de nouvelles méthodes de communication s’ouvrent désormais à elles et misent tout là-dessus.  Toi-même petit consommateur tu le vois, où que tu ailles, cette sublime montre rose gold te lance un appel à l’achat. Elle te hante, partout, tout le temps.

Depuis quelques semaines des YouTubeurs, Bloggeurs, Instagrameurs et autres s’insurgent sur ce fameux sujet des Fake Influenceurs.

Je vous fait un rappel en trois secondes sur ce qu’est un fake influenceurs : UN PU**** DE TRICHEUR QUI ACHETE DES FOLLOWERS POUR AVOIR PLEIN DE TRUCS GRATOS ! Voilà. En GROS. Evidemment, je grossis le trait x1000 mais à peu de chose près c’est un truc comme ça.

Je voulais donc apporter aussi mon grain de sel sur ce sujet, sur lequel, mon avis n’est pas complètement tranché.

Mon expérience

Tu le sais sûrement, je suis une toute jeune blogueuse puisque ce site n’a que 2 mois d’existence – joyeux anniversaire RomyS.fr  ! J’ai très peu de lecteurs encore. Alors, quand je te parle d’expérience, je te parle ici d’une nana qui essaie tant bien que mal de se faire sa place sur la blogosphère, ultra chargée. D’une nana qui cherche à produire du contenu intéressant qui sera lu. D’une nana qui aimerait bien qu’on parle d’elle (enfin de son blog plutôt).

J’étais, et je suis toujours, complètement énergisée par ce blog et par l’idée de produire du contenu. J’ai des milliers d’idées et de projets que j’aimerais développer. Mais je me sens seule. Je suis dans cette phase de lancement où pour l’instant, je suis essentiellement suivie par mes proches (coucou papa :p) et où pour l’instant, faut pas se leurrer, il se passe pas grand chose.

Et puis un jour, je me suis réellement demandé si moi-même je n’allais pas passer le cap de l’achat d’abonnés Instagram. Tu sais, histoire de gonfler un peu mes chiffres, pour que ça donne envie ensuite à de vrais gens de s’intéresser à moi. Ni vu ni connu, une petite centaines de followers plus tard. Personne n’y verra rien. Et ouais… on en est là…

Je regarde quelques sites et je regarde le prix des pack – “bwarf ! autant partir sur 10k tout de suite comme ça on est tranquille !” et puis, gros stop. Ma raison a repris le dessus. J’ai toujours eu des problèmes de confiance en moi et à cet instant, je me suis sentie pousser des ailes en me disant qu’avoir un nombre conséquent d’abonnés me rendrait tout à coup confiante sur ce que je fais. Le problème c’est que non… en fait… des faux profils sans interaction ne me mèneront à rien.

Alors je trime d’arrache pied, je me connecte plusieurs heures par jour sur Instagram afin d’être la plus active possible et développer mon compte. J’ai une croissance de +700 abonnés en 2 mois et demi et j’en suis fière. Je suis loin d’avoir un compte “d’influenceuse” mais je peux dire que le chemin parcouru je ne le dois qu’à moi-même.

Côté blog, j’écris constamment et j’ai investi dans du matériel photo pour que la qualité visuelle soit au rendez-vous. En bref, je m’investis et je sais que les efforts finiront par payer.

Le cas particulier des partenariats

Je ne me suis pas aperçue tout de suite des placements de produits et des partenariats qui ont commencés à prendre de l’ampleur sur les réseaux. Et puis dernièrement, il y en a un qui m’a vraiment gonflé. Les tatouages AMENEA  ! Alors, qu’on s’le dise, je n’ai absolument rien contre cette marque. Je trouve même que son marketing digital est très bien pensé et que les tattoo sont mignons comme tout. C’est juste que bon, quand tu te ballades sur Instagram et que tu vois tous les bras du monde fakement (no offence, mais bon ce sont pas des vrais tattoo, excusez…) tatoués “Wanderlust”. Tu te dis :

1/ je suis la dernière des nazes pour ne pas y avoir droit moi-aussi ? (coucou jalousie !)

2/ en fait mes vrais tatouages sont moins intéressants que ça ?

Puis j’ai eu un gros cas de conscience cette semaine. Dans ma boîte mail (et dans celles de nombreuses Instagrameuses, of course) est tombée ma première proposition de campagne de partenariat. J’étais la première à n’attendre que ça. Bah oui, qui dit non aux produits cool gratuits ? J’étais donc ravie et instantanément le soufflé est retombé. Je lis le briefing de ce qui est demandé par la marque pour bénéficier du produit (hééé faut pas croire qu’ils vont me faire confiance illico avec mon compte de moins d’1k abonnés). Très rapidement, j’ai l’impression que je vais duper le monde.  Je me dis que je suis une vendue. J’en parle à des copines qui me disent de foncer et qu’il faut en profiter. Oui mais…

Oui mais… si je dis oui, je deviens fake ? Pas dans le sens où je gonfle mon compte en achetant des followers. Fake dans le sens, où, si pour avoir un produit je dois répondre aux exigences d’une marque alors suis-je vraiment objective ? J’ai tourné et retourné la question avant de prendre la décision d’accepter cette campagne. Parce que :

1/ Je trouve la marque très sympa

2/ Je l’ai mérité toute seule comme une grande

3/ Ce qui m’est demandée d’écrire ne me semble pas contraire à mes idées, mes convictions, alors why not ?

T’inquiètes petit fake, le karma te rattrapera !

Finalement, moi en soit, je ne souhaite pas brûler sur la place publique les acheteurs de followers. Ma conscience est tranquille et je préfère 1000x les interactions avec ma petite communauté qu’un chiffre totalement boosté qui ne veut plus rien dire. De toutes façons, il est très facile de se rendre compte si un compte est honnête ou pas – regardez le nombre de like et de commentaires et parcourrez rapidement la liste d’abonnés, pas la peine d’aller plus loin.

Surtout, rappelons que les Youtubeurs et Blogueurs dénoncent le fait que ces “fake” profitent allègrement de voyage presse, d’invitation aux événements et reçoivent des produits gratuitement. Là où tous ces avantages pourraient profiter à des personnes honnêtes (hey, coucou, I’m here!). Je suis d’accord sur toute la ligne. Malheureusement, on ne pourra pas changer les tricheurs. Inutile aussi de leur jeter la pierre à tout bout de champs, nous sommes tous humains, et nous souhaitons tous réussir. Et parfois, certains utilisent tous les moyens mis à disposition. On sait que la clope c’est dégueulasse pour la santé et pourtant on continue d’en vendre… Pas étonnant donc que certaines personnes ont su surfer sur la vague des réseaux sociaux pour proposer l’achat d’abonnés. Eux sont à blâmer, tout autant que les marques, tout autant que les acheteurs.

Par contre, ce coup de gueule général fera – j’espère – prendre conscience aux marques de bien vérifier la qualité des audiences de ces soit disant influenceurs. Anyway, ce sont surtout elles qui subiront sur leur chiffre d’affaire ces mauvais choix de partenariats. En attendant, je suis la première à penser que le travaille paie, et que le karma fera le reste !

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *