Le jour où je suis devenue Inst’addicte

Instaddiction : nom commun inventé de toute pièce par RomyS. Décrit un processus de dépendance directement lié à l’usage d’Instagram.

Le constat est tombé : je suis une Instaddicte.

Certains seront dépendants d’alcool, de drogue, de tabac ou autres substances. Et bien moi, je suis tombée dans la marmite d’Instagram et je crois que c’est peut être tout aussi grave.

J’ai débuté sur Instagram courant 2012. À l’époque et comme la plupart des utilisateurs je testais tous les filtres existants rendant ma galerie artistiquement immonde. Au fil des années, j’ai posté de façon très aléatoire sur la plateforme. On pouvait également se rendre compte de mes périodes dépressives au vue de publications parfois espacées de plusieurs mois.

C’est en Avril 2018 que j’ai commencé à être réellement active sur IG (comme on l’appelle chez les vrais). J’avais vraisemblement besoin d’extérioriser ma créativité par ce biais. Tout s’enchaine : la création d’une chaîne Youtube, ce blog, l’achat d’un reflex et en avant guingamp ! J’ai alors passé de nombreuses heures à la découverte de comptes, de feed, et c’est parti en like, abonnement et partages massifs.

Progressivement, je découvre l’envers du décor et mes belles désillusions qui vont avec. Je suis contactée pour rejoindre ce qu’on appelle des pods, ce que j’appelle maintenant les sectes démoniaques d’instagram (on se détend, c’est une image). Pour les non adhérents, il s’agit de groupe privé instagram dit “d’entraide” où un certains nombres de personnes vont venir liker et commenter chacune de vos nouvelles publications. Là, j’ai me suis sentie poussée des ailes. Des likes en masse, des commentaires par dizaines : le bonheur, l’impression d’avoir une petite communauté qui se construit.

Oui mais… rapidement j’ai rejoint un pod, puis deux, puis trois… au total je crois que j’ai dû en cumuler 5 ou 6. C’est alors que je me vois devenir un véritable zombie d’instagram. J’ouvre l’application et je me rends compte que j’ai manqué des dizaines de publications de “podista”, vite il faut aller commenter, trouver quelque chose à dire, mince, je ne sais pas ! , un “jolie photo, j’adore” fera l’affaire. Vous l’aurez compris, je me suis sentie complètement prisonnière et dépendante.

Du jour au lendemain, je décide de déserter ces groupes dans lesquelles je n’étais plus du tout à l’aise. Le constat est là : j’ai perdu de l’audience, des commentaires, de l’impact, mais je me sens libérée. Moi qui bavait sur l’achat d’abonnés et de likes, j’ai eu cette impression de tricher tout autant. Tout à coup, ca n’était plus que moi. Moi qui décide quoi liker, quoi commenter, et retrouver cette envie plutôt que d’être dans l’obligation.

Je n’en suis pas moins addict. Je passe plusieurs heures sur l’application, scrollant, likant, commentant. Grâce au dernier livre de Bobby Brown, j’applique ses conseils et je décide de ne pas m’abonner à des comptes qui risquerait de me faire perdre confiance (coucou les fit girls). Je découvre les follows, unfollows nombreux, c’est le jeu. Moi-même je pratique régulièrement des “tris”.

Aujourd’hui je suis à l’aube des 2000 abonnés, ce qui peut sembler dérisoire là où j’y vois un exploit. Je m’étais donné la fin de l’année pour atteindre le millier, je vais finalement le doubler. Je découvre chaque jour des personnalités, de chouette personnes à travers ces galeries d’images et c’est un vrai bonheur.

Bref, je suis une instaddicte mais je me soigne !

Mes trois dernières lectures

Salut à toi !

Aujourd’hui j’ai décidé de te parler lecture. J’ai bien souvent laissé cette passion de côté, pourtant j’ai toujours adoré lire. Littéraire dans l’âme, l’écriture et la lecture ont toujours fait partie de ma vie.

Depuis l’achat de ma Kobo, j’ai enchaîné les lectures et je suis tombée sous le charme de liseuse (rétroéclairée, s’il vous plait)

Je te partage aujourd’hui mes trois dernières lectures. trois livres que j’ai dévoré à la plage ou au calme dans mon canapé. Amateurs de polar, vous allez être servis !

1. La Vérité sur l’affaire Henri Québert – Joël Dicker

Lauréat du prix Goncourt, j’ai énormément entendu parlé de ce livre pourtant paru en 2012.

En voyant le nombre de pages, j’avoue avoir pris peur…

Finalement je l’ai dévoré et je n’ai pas vu les pages passées. J’ai été prise par cette histoire du début à la fin. Mon côté fleur bleue a même versé une larme lors des derniers paragraphes tant j’étais attachée aux personnages.

L’intrigue est très bien ficelée, le scénario est original.

Figurez-vous qu’en finissant ce livre, j’ai appris qu’une adaptation en téléfilm était prévue avec en guest le Dr Mamour (et oui) – voici le lien du trailer – j’ai vraiment hâte de voir ce que ça donne.

 

2. Origines – Dan Brown

Autant j’ai dévoré le Da Vinci Code et Anges et Démons, mais alors celui-ci… Pourtant le synopsis me faisait vraiment envie à l’évocation d’une intrigue basée sur des notions high tech. J’avais vraiment hâte de découvrir ce livre et les premiers chapitres étaient vraiment prometteur.

Finalement, j’ai trouvé ce romain très (trop) long, avec d’énormes passages narratifs qui m’ont franchement ennuyée. Je ne supporte pas de ne pas venir à bout d’un livre donc je l’ai tout de même terminé mais avec difficulté. Moi qui avait hâte de retrouver le Professeur Langdon – c’est une grosse déception.

3. Famille Parfaite – Lisa Gardner

Pour terminer, j’ai achevé la dernière parution du roman de Lisa Gardner. Pour le coup, je suis vraiment mitigée et uniquement à cause de la fin du bouquin… Sans spoilée du tout, j’ai vraiment été happée par ce roman jusqu’aux dernières pages. J’ai trouvé le scénario original et j’ai été tenue en haleine tout du long. Malheureusement, je trouve le dénouement beaucoup trop tiré par les cheveux. De nombreuses critiques disent que la fin était prévisible… pas pour moi tellement je l’ai trouvé absurde… A lire sur un transat à la plage ! Mme Gardner a fait bien mieux !

Urban Decay, Too Faced : 3 futures palettes qui me font envie

Hello à toi 🙂

Après quelques semaines d’abandon, je reprends enfin les rennes de ce blog. Je suis ravie de te retrouver pour de nouvelles aventures.

Qui dit septembre, dit rentrée ! Mais aussi nouveautés make-up. Ca y est, on commence déjà le compte à rebours vers Noël et les marques commencent à teaser subtilement sur les futures collections à venir.

Au programme 3 nouvelles palettes à venir qui me tente énormément.

Urban Decay – Elements

Après la Born to Run que je juge vraiment excellente et dont je vais me faire un plaisir d’utiliser tout l’automne. Urban Decay a annoncé récemment la palette Elements.

Je trouve le packaging vraiment canon : inspirée de l’astrologie avec tous ces fards qui gravitent autour d’un système solaire. Urban Decay essaie vraiment de proposer de nouvelles choses. Je suis conquise par ce nouvel univers.

Au premier coup d’oeil,  elle m’a rappelé la Heavy Metals au niveau des teintes. La palette Elements compte 18 fards à paupières en tout, dont 3 mats, 8 irisés et 8 métalliques. Contrairement donc à la Heavy Metals uniquement composée de métalliques.

Je ne suis pas sûre qu’elle soit une indispensable malgré tout. Cependant, je suis intriguée par le fard central : « Luna », dont la marque indique qu’il agit comme un caméléon et transforme le fard avec lequel il est associé.

Hâte de pouvoir la tester – sortie prévue autour du 20 septembre.

Urban Decay – Naked Cherry

Et oui… encore une Naked ! Certain(e)s commencent vraiment à se lasser du format. Honnêtement, si j’investis dans celle-ci, je crois que ce sera uniquement pour mon côté collectionneuse.

Urban Decay a donc annoncé officiellement cette nouvelle Naked composée de fards dans les tons roses chauds plus vifs et affirmés que pour la Naked 3 qui restait finalement très nude.

Au premier abord, pas trop convaincue, hormis le packaging dont la couleur me transcende totalement. Après avoir vu les swatch, je suis un peu plus enjouée. “Young Love” a l’air vraiment canon , pour le reste, à swatcher.

A voir en live donc ! Sûrement pas un indispensable à posséder quand on a déjà les autres.

Date de sortie non connue.

 

Too Faced – Gingerbread

Too Faced prépare secrètement sa jolie collection de Noël – une des premières fuites concernant la Gingerbread Spice Palette. Cette palette est celle que j’attends le plus !

Et OMG… je la trouve vraiment magnifique ! L’agencement des fards nous montre une jolie harmonie au niveau des teintes avec pas mal de fards pailletés, qui sont, mon pêché mignon.

J’ai vraiment hâte de swatcher le fard fushia “Gumdrop” hyper flashy qui pourrait permettre de jolis make-up.

Je ressens vraiment l’ADN de Too Faced avec cette nouvelle palette, avec un packaging très cute, presque enfantin. Evidemment, comme on pouvait s’y attendre, la palette sentira le pain d’épice… craquage complet !  Autumn vibes are here :-p

Date de sortie inconnue, mais faites vite !

_______________________

Voici pour mes 3 nouveautés coup de coeur. Moi qui n’avait pas prévu l’achat de nouvelles palettes, on est mal… 🙂

Je t’invite à suivre le compte Instagram de trendymood1 pour te tenir informé(e) de toutes les futures nouveautés makeup à venir – ce compte est une vraie pépite !

Mes coques d’iPhone X

Bonjour toi !

Aujourd’hui je consacre un article à mes coques de téléphone. Je suis du genre à changer de téléphone quasiment chaque année (oops…), depuis le mois de février, je suis l’heureuse propriétaire du dernier iPhone X.

Sauf que, le laisser tout nu, très peu pour moi !  Je suis une inconditionnelle des coques d’une part pour protéger le grâal qui vaut une fortune mais aussi pour ce côté personnalisation que je trouve fun.

Voici un petit tour d’horizon de mes différentes coques et où je les achètes.

Apple

La première que je me suis offerte en même temps que le téléphone est cette jolie coque blanche officielle. Elle est vraiment de qualité et protège bien. Par contre : attention aux traces de doigts.

Je l’aime beaucoup car la fameuse pomme y est apposée – ce qui permet à l’iPhone et bien… de rester iPhone 🙂

The Kase

Je te le disais plus haut, moi j’aime quand on voit que l’iPhone est iPhone, il me fallait donc absolument une coque transparente pour ne rien gâcher du design du téléphone que je trouve magnifique.

J’ai bénéficié d’une vente privée pour m’offrir une coque The Kase qui je pense est la meilleure protection que je puisse avoir.

Son seule défaut : les côtés qui deviennent jaunes 🙁

ESR

Plus design cette fois, j’ai craqué pour les coques ESR vendues sur Amazon à un prix dérisoire.  Je les adore car elles recouvrent parfaitement les boutons mais ne les rends pas rigides. Je ne me casse donc pas les pouces dès que je veux monter le volume par exemple.

J’ai choisi un design marbré noir ainsi qu’une coque transparente avec des petits cactus.

Très bon rapport qualité prix !

CaseApp

Certainement ma marque préférée, il s’agit de CaseApp ! J’ai découvert ces coques en me balladant sur Instagram et j’ai directement sauté le pas ! Ce que j’adore c’est l’énorme catalogue de modèles disponibles mais surtout la possibilité de personnaliser ses propres coques.

Pour mon premier essai, j’ai choisi une coque brillante avec des pastèques et une coque matte avec des feuilles de palmier sur lesquelles j’ai apposé mon nom. Je voulait pouvoir comparer les deux textures.

Gros coup de coeur pour la texture mate que l’on voit peu souvent , pour le brillant : je trouve qu’on y voit un peu trop rapidement les traces de doigts.

CaseApp m’a proposée une collaboration il y a quelques jours et m’a offert deux nouvelles coques : j’ai cette fois-ci décidé de me faire un design non présent sur le catalogue – parce que je suis une aficionado des pastèques puis j’ai choisi un design créé par l’agence Danoise

Si la marque vous plaît, j’ai le plaisir de vous partager un code promo vous donnant droit à -20% sur votre commande : DIABOLOGRENA20

Cliques-ici pour découvrir tous les modèles disponibles

 

Ma wishlist de l’été

J’ai toujours envie de tout un tas de trucs – bien souvent pas très utiles ni vitaux, qu’on s’le dise ! Je suis une acheteuse compulsive, mais je me soigne (enfin… !)

Voici une petite sélection de mes diverses envies du moment  :

Pop Star Wars – Reine Amidala 

J’ai une petite collection de pop Star Wars qui commence remplir à vitrine tranquillement et j’ai complétement flashée sur celle-ci. Le soucis c’est qu’elle est sortie il y a un moment et reste introuvable à ce jour 🙁

Palette Morphe x Jaclyn Hill  – 42€ – disponible ici 

Parce que l’on en a jamais assez, j’aimerais beaucoup tester la marque Morphe et surtout cette édition limitée en collaboration avec la Youtubeuse Jaclyn Hill. Toutes ces couleurs moi ça me fait rêver !

Pull Vans – 55€ – disponible ici 

Plutôt pour l’automne pour le coup… Vans vient de sortir une nouvelle collection dans les tons vieux rose, rouge ; j’adore leur fringue et je pense craquer pour ce pull prochainement.

Palette Zoeva En Taupe – 22,50€ – disponible ici

Lors d’une visite chez Sephora, je suis tombée sur cette palette de la marque Zoeva dont les couleurs sont magnifiques. Je l’ai trouvée toute mignonne et les fards iront très bien pour la fin de l’été.

Objectif Sigma 18-35 mm – 730€ – disponible ici 

C’est le moment où il faut casser la tirelire… Je me suis mise sérieusement à la photographie depuis le moi de mai, et même si je suis encore en apprentissage, j’ai lu énormément d’avis positif sur cette objectif Sigma, qui malheureusement coûte un rein (voir deux…)

Thé Kusmi Tea – édition Alain Ducasse – 39€ – disponible ici

L’addict de thé que je suis a été folle quand j’ai appris que Kusmi Tea collaborerait avec Alain Ducasse à l’occasion de leur 150 ans d’existence. Ils ont donc sorti ce premier thé blanc de la marque aux notes de rose et de framboise <3

Et vous qu’est-ce qui vous fait envie en ce moment ?

Les fakes influenceurs : mon avis mitigé

Le constat

Le budget du marketing inflenceurs atteindrait 1 milliard de dollars aux Etat-Unis… attendez un peu… UN MILLIARD DE DOLLARS ?! Et seulement aux Etats-Unis. Voilà le topo.

Notre monde évolue et les marchés avec. C’est inévitable, les réseaux sociaux font partie intégrante de notre environnement. De nombreuses marques ont bien compris que de nouvelles méthodes de communication s’ouvrent désormais à elles et misent tout là-dessus.  Toi-même petit consommateur tu le vois, où que tu ailles, cette sublime montre rose gold te lance un appel à l’achat. Elle te hante, partout, tout le temps.

Depuis quelques semaines des YouTubeurs, Bloggeurs, Instagrameurs et autres s’insurgent sur ce fameux sujet des Fake Influenceurs.

Je vous fait un rappel en trois secondes sur ce qu’est un fake influenceurs : UN PU**** DE TRICHEUR QUI ACHETE DES FOLLOWERS POUR AVOIR PLEIN DE TRUCS GRATOS ! Voilà. En GROS. Evidemment, je grossis le trait x1000 mais à peu de chose près c’est un truc comme ça.

Je voulais donc apporter aussi mon grain de sel sur ce sujet, sur lequel, mon avis n’est pas complètement tranché.

Mon expérience

Tu le sais sûrement, je suis une toute jeune blogueuse puisque ce site n’a que 2 mois d’existence – joyeux anniversaire RomyS.fr  ! J’ai très peu de lecteurs encore. Alors, quand je te parle d’expérience, je te parle ici d’une nana qui essaie tant bien que mal de se faire sa place sur la blogosphère, ultra chargée. D’une nana qui cherche à produire du contenu intéressant qui sera lu. D’une nana qui aimerait bien qu’on parle d’elle (enfin de son blog plutôt).

J’étais, et je suis toujours, complètement énergisée par ce blog et par l’idée de produire du contenu. J’ai des milliers d’idées et de projets que j’aimerais développer. Mais je me sens seule. Je suis dans cette phase de lancement où pour l’instant, je suis essentiellement suivie par mes proches (coucou papa :p) et où pour l’instant, faut pas se leurrer, il se passe pas grand chose.

Et puis un jour, je me suis réellement demandé si moi-même je n’allais pas passer le cap de l’achat d’abonnés Instagram. Tu sais, histoire de gonfler un peu mes chiffres, pour que ça donne envie ensuite à de vrais gens de s’intéresser à moi. Ni vu ni connu, une petite centaines de followers plus tard. Personne n’y verra rien. Et ouais… on en est là…

Je regarde quelques sites et je regarde le prix des pack – “bwarf ! autant partir sur 10k tout de suite comme ça on est tranquille !” et puis, gros stop. Ma raison a repris le dessus. J’ai toujours eu des problèmes de confiance en moi et à cet instant, je me suis sentie pousser des ailes en me disant qu’avoir un nombre conséquent d’abonnés me rendrait tout à coup confiante sur ce que je fais. Le problème c’est que non… en fait… des faux profils sans interaction ne me mèneront à rien.

Alors je trime d’arrache pied, je me connecte plusieurs heures par jour sur Instagram afin d’être la plus active possible et développer mon compte. J’ai une croissance de +700 abonnés en 2 mois et demi et j’en suis fière. Je suis loin d’avoir un compte “d’influenceuse” mais je peux dire que le chemin parcouru je ne le dois qu’à moi-même.

Côté blog, j’écris constamment et j’ai investi dans du matériel photo pour que la qualité visuelle soit au rendez-vous. En bref, je m’investis et je sais que les efforts finiront par payer.

Le cas particulier des partenariats

Je ne me suis pas aperçue tout de suite des placements de produits et des partenariats qui ont commencés à prendre de l’ampleur sur les réseaux. Et puis dernièrement, il y en a un qui m’a vraiment gonflé. Les tatouages AMENEA  ! Alors, qu’on s’le dise, je n’ai absolument rien contre cette marque. Je trouve même que son marketing digital est très bien pensé et que les tattoo sont mignons comme tout. C’est juste que bon, quand tu te ballades sur Instagram et que tu vois tous les bras du monde fakement (no offence, mais bon ce sont pas des vrais tattoo, excusez…) tatoués “Wanderlust”. Tu te dis :

1/ je suis la dernière des nazes pour ne pas y avoir droit moi-aussi ? (coucou jalousie !)

2/ en fait mes vrais tatouages sont moins intéressants que ça ?

Puis j’ai eu un gros cas de conscience cette semaine. Dans ma boîte mail (et dans celles de nombreuses Instagrameuses, of course) est tombée ma première proposition de campagne de partenariat. J’étais la première à n’attendre que ça. Bah oui, qui dit non aux produits cool gratuits ? J’étais donc ravie et instantanément le soufflé est retombé. Je lis le briefing de ce qui est demandé par la marque pour bénéficier du produit (hééé faut pas croire qu’ils vont me faire confiance illico avec mon compte de moins d’1k abonnés). Très rapidement, j’ai l’impression que je vais duper le monde.  Je me dis que je suis une vendue. J’en parle à des copines qui me disent de foncer et qu’il faut en profiter. Oui mais…

Oui mais… si je dis oui, je deviens fake ? Pas dans le sens où je gonfle mon compte en achetant des followers. Fake dans le sens, où, si pour avoir un produit je dois répondre aux exigences d’une marque alors suis-je vraiment objective ? J’ai tourné et retourné la question avant de prendre la décision d’accepter cette campagne. Parce que :

1/ Je trouve la marque très sympa

2/ Je l’ai mérité toute seule comme une grande

3/ Ce qui m’est demandée d’écrire ne me semble pas contraire à mes idées, mes convictions, alors why not ?

T’inquiètes petit fake, le karma te rattrapera !

Finalement, moi en soit, je ne souhaite pas brûler sur la place publique les acheteurs de followers. Ma conscience est tranquille et je préfère 1000x les interactions avec ma petite communauté qu’un chiffre totalement boosté qui ne veut plus rien dire. De toutes façons, il est très facile de se rendre compte si un compte est honnête ou pas – regardez le nombre de like et de commentaires et parcourrez rapidement la liste d’abonnés, pas la peine d’aller plus loin.

Surtout, rappelons que les Youtubeurs et Blogueurs dénoncent le fait que ces “fake” profitent allègrement de voyage presse, d’invitation aux événements et reçoivent des produits gratuitement. Là où tous ces avantages pourraient profiter à des personnes honnêtes (hey, coucou, I’m here!). Je suis d’accord sur toute la ligne. Malheureusement, on ne pourra pas changer les tricheurs. Inutile aussi de leur jeter la pierre à tout bout de champs, nous sommes tous humains, et nous souhaitons tous réussir. Et parfois, certains utilisent tous les moyens mis à disposition. On sait que la clope c’est dégueulasse pour la santé et pourtant on continue d’en vendre… Pas étonnant donc que certaines personnes ont su surfer sur la vague des réseaux sociaux pour proposer l’achat d’abonnés. Eux sont à blâmer, tout autant que les marques, tout autant que les acheteurs.

Par contre, ce coup de gueule général fera – j’espère – prendre conscience aux marques de bien vérifier la qualité des audiences de ces soit disant influenceurs. Anyway, ce sont surtout elles qui subiront sur leur chiffre d’affaire ces mauvais choix de partenariats. En attendant, je suis la première à penser que le travaille paie, et que le karma fera le reste !

Retour sur la JAPAN EXPO – Edition 2018

Salut petit lecteur 🙂 Si tu me suis sur Instagram, tu sais peut-être que j’ai passé le week-end à la Japan Expo avec mon adorable meilleure amie : Tinu.

Aujourd’hui je viens te faire mon débriefing quant à cette 19ème édition consacrée à la culture et aux loisirs Japonnais.

La Japan Expo c’est plus de 700 exposants en tous genre : éditeurs de mangas, d’animés, boutiques de goodies, de jeux vidéo, de vidéos issues de la culture japonaise. Mais également de nombreuses animations, concours de cosplay, concert de j-pop, k-pop etc. Il y en a pour tous les goûts et impossible de tout faire le temps d’un week-end !

Ce qu’il faut savoir en préambule, c’est que ça n’est que la deuxième fois que j’assiste à la Japan Expo et que l’été dernier n’était clairement pas la meilleure des périodes (tu peux lire mon billet d’humeur ici pour mieux comprendre de quoi je parle). J’étais donc plus que motivée cette année à profiter pleinement de la convention.

Nous sommes arrivés vers 12h samedi et avons pu rentrer tranquillement dans la convention. S’en est suivi plusieurs heures à déambuler dans le premier hall où sont centralisés les jeunes créateurs. Cette espace est celui que j’apprécie le plus car peu bondé. Et, surtout, il permet de découvrir des artistes au talent fou. Gros coup de cœur notamment pour Wistful d’où je suis repartie avec un poster de Leïa. Mais aussi Kenevra Toy Photography et cette belle affiche du Joker désormais mienne également.

Je suis ensuite partie en quête de mon Pikachu géant et je me suis attardée sur les gros stands de goodies. Ici, rien de bien extraordinaire : des montagnes de peluches, de Pop, de figurines. Pas beaucoup de découverte mais j’étais là pour trouver mon Pikachu. Et bien figurez-vous que ça n’a pas été simple de le trouver !

Un granité hors de prix plus tard, je retrouve Tinu qui était partie faire quelques photos et nous avons terminé la journée dans le coin des éditeurs de manga et d’autres stands de créateurs.

Jour 2 : nous avons pu finir les stands jeunes créateurs. Puis nous attarder un peu plus sur le reste des exposants. J’ai acheté un peu de thé noir à la cerise (une tuerie les amis, je vous le dis!) et d’autres petits goodies Overwatch.

Fatiguée d’avoir piétinée sur près de 10km la veille, le dimanche a été plus tranquille. Nous avons pu prendre le temps d’admirer les cosplayeurs et faire quelques photos.

Ma seule déception aura été de ne pas être allée voir la scène du concours Cosplay qui m’avait émerveillée l’an dernier. Mais le temps n’était pas extensible malheureusement 🙁

En résumé :

  • 1 édition très sympa
  • 230 000 visiteurs (ça en fait du monde quand même)
  • 700 stands
  • 2 posters achetés
  • 1 badge Overwatch
  • 1 Pikachu Géant
  • 1 granité melon tropical
  • 20km de marche
  • 3 litre d’eau
  • 1 Brice de Nice croisé dans les allées
  • Beaucoup de fun !

J’ai déjà hâte de remettre ça l’an prochain, sûrement cosplayée d’ailleurs. Merci à ma Tinu de me transporter dans son monde <3

Et si tu veux en voir plus, tu peux visionner le vlog ci-dessous :